Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Olivier DUHAMEL

L’histoire aussi extraordinaire que méconnue du juge Pierucci

Pouvoirs n°155 - Désobéir en démocratie - novembre 2015 - p.41

Histoire vraie, transmise jadis par Edmond Bertrand, professeur à la faculté de droit d’Aix-en-Provence, à Jean-Louis Bergel, qui lui succéda dans sa chaire. Son épouse est la petite-fille du juge Pierucci.

Histoire exemplaire, double histoire en vérité, la dualité démultipliant l’exemplarité.

Première histoire

21 août 1941. Le colonel Fabien tue un officier allemand au métro Barbès- Rochechouart. Hitler demande l’exécution d’otages. Le gouvernement de Vichy édicte une « loi », antidatée du 14 août, instaurant des tribunaux d’exception, dénommés « sections spéciales » – auprès des tribunaux militaires en zone occupée, des cours d’appel en zone libre. Elle prévoit la répression des « activités communistes et anarchistes », y compris antérieures à sa promulgation. Peine maximale : la mort. Jugements non motivés. Aucun recours ni pourvoi.

Les chefs de cour sont chargés de recruter les juges. La circulaire du ministre de la Justice précise : « Vous vous attacherez à faire porter votre choix sur ceux qui vous seront connus par la fermeté de leur caractère et par leur dévouement total à l’État. »

À Aix-en-Provence, le juge Toussaint Pierucci, président de chambre, est désigné. Il refuse de siéger dans une cour bafouant tant des principes d’un État de droit.

Deuxième histoire

1944-1945. Libération. Le juge Pierucci préside une cour chargée de juger les collaborateurs. Parmi eux, un jeune, sans aucun doute collabo, mais n’ayant pas de sang sur les mains. Malgré les objections du juge, il est condamné à mort. Le juge Pierucci refuse de signer l’arrêt. L’avocat du jeune collabo, Edmond Bertrand, se présente dans son bureau et lui indique son erreur pour qu’il la rectifie. Le juge Pierucci lui répond : « Maître, j’ai fait mon devoir, faites le vôtre. » L’avocat fait un pourvoi en cassation, le gagne, puisque l’arrêt non signé est nul – et le jeune, rejugé en des temps plus calmes, échappe à la peine de mort. Pierucci, radié, est devenu avocat.

L’histoire du juge Toussaint Pierucci devrait être enseignée dans toutes les facultés et écoles de droit et à l’École nationale de la magistrature.

Référence électonique : Olivier DUHAMEL, "L’histoire aussi extraordinaire que méconnue du juge Pierucci", Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°155, 155 - Désobéir en démocratie, . Consulté le 2017-07-24 10:35:22 . URL : http://revue-pouvoirs.fr/L-histoire-aussi-extraordinaire.html

auteurVoir tous les articles de DUHAMEL Olivier