Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

La théorie de l’État en France face à son histoire

La théorie de l’État, qui date en France de la IIIe République, a pour objet de caractériser juridiquement l’État afin que les rapports politiques trouvent leur résolution dans des rapports de droit. A priori anhistorique, elle supporte mal l’épreuve de l’histoire. La juridicité de l’État est en effet à peu près nulle avant sa réinvention par les universitaires. Depuis le Moyen Âge, c’est le souverain incarné (le roi) ou la souveraineté désincarnée (la Couronne) qui sont les lieux d’imputation de la souveraineté et du droit. En 1789, c’est la Nation qui capte seule la souveraineté tandis que les droits sont posés au fondement du politique. Parce que le constitutionnalisme libéral est ainsi un constitutionnalisme sans État, la théorisation de l’État ne saurait être une opération politiquement neutre.

English

Ajouter au panier

Référence électonique : Grégoire BIGOT, "La théorie de l’État en France face à son histoire", Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°177, 177 - Que peut l’État ?, p.5-16 . Consulté le 2021-04-21 09:41:39 . URL : https://revue-pouvoirs.fr/La-theorie-de-l-Etat-en-France.html