Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Italie

Pouvoirs n°131 - 1er avril - 30 juin 2009

28 avril 2009. Premier ministre. Les frasques du Premier ministre Silvio Berlusconi auront-elles un effet sur sa situation politique ? Veronica Lario, 53 ans, épouse du Premier ministre, demande le divorce après dix-neuf ans de mariage, trente ans de vie commune et trois enfants. Cette décision est motivée par le fait que son mari s’est rendu à l’anniversaire d’une jeune Napolitaine, Noemi Letizia, 18 ans. Celle-ci, un peu ingénue, a déclaré qu’elle l’appelait « Papounet » et lui rendait souvent visite.
Silvio Berlusconi porte plainte contre le quotidien espagnol El País, qui a publié cinq photos gênantes prises dans sa villa sarde. Elles figurent parmi plusieurs centaines de photos saisies par la justice. On y voit notamment il Cavaliere dans le jardin, entouré de plusieurs femmes, deux bronzant seins nus ainsi qu’un homme dans le plus simple appareil. Une des photos montrerait l’ancien Premier ministre tchèque Mirek Topolanek nu. Celui-ci a dit qu’il s’agissait d’un photomontage.
Le scandale franchit encore un degré lorsqu’une femme affirme avoir été payée par un entrepreneur, ami de Silvio Berlusconi, pour aller chez celui-ci. Patrizia D’Addaria, dite D’Addy, reconnaît publiquement les faits et affirme pouvoir prouver la véracité de ses propos à l’aide d’enregistrements audio, de photos au domicile romain de Silvio Berlusconi et d’écoutes téléphoniques menées par un juge dans le cadre d’une affaire de pots-de-vin. L’avocat du Premier ministre est d’une maladresse insigne − affirmant que son client « pourrait avoir beaucoup de femmes gratuitement » et qu’en tout état de cause il ne pouvait pas être accusé d’« incitation à la prostitution » étant, éventuellement, « un utilisateur final et donc pas punissable pénalement » [sic].
Dénonçant « des foutaises et des ordures », le Premier ministre se refuse à répondre aux demandes d’explication demandées le 19 juin par le quotidien de la conférence des évêques, l’Avvenire. C’est aussi l’hebdomadaire Famiglia Cristiana qui prend position contre Silvio Berlusconi.

7 et 20-21 juin 2009. Élections locales. En même temps que les élections européennes avaient lieu des élections communales et provinciales partielles. 62 provinces (sur 100) et 30 grandes villes étaient en jeu. Ces élections sont marquées par une poussée du Parti du peuple de la liberté de Silvio Berlusconi, même s’il n’atteint pas son objectif de 3 millions d’électeurs (il en recueille 2,7), et encore plus de la Ligue du Nord qui semble s’étendre au sud du Pô.

Au premier tour, 26 exécutifs provinciaux, dont celui de Naples, passent du pd au pdl au premier tour.
Silvio Berlusconi et ses alliés emportent les provinces d’Avellino, Bari, Barletta-Andria-Trani, Bergame, Biella, Brescia, Chieti, Crémone, Coni, Isernia, Latina, Lecco, Lodi, Macerata, Monza e Della Brianza, Naples, Novare, Padoue, Pescara, Plaisance, Salerne, Sondrio, Teramo, Verbano-Cusio-Ossola et Vérone.
La gauche et ses alliés emportent les provinces de Bologne, Florence, Forli-Cesena, Livourne, Matera, Modène, Pérouse, Pesaro et Urbino, Pise, Pistoia, Potenza, Reggio d’Émilie, Sienne et Terni.

21 juin 2009. Référendum. 15 jours après les élections européennes a lieu un référendum sur la loi électorale. La Ligue du Nord a obtenu ce report, espérant ainsi que la participation n’atteigne pas les 50 % nécessaires, ce qui a été le cas. Les Italiens devaient se prononcer sur une modification de la loi électorale renforçant les grands partis, rehaussant les seuils d’entrée à la Chambre des députés à 4 % des voix et à 8 % au Sénat et interdisant aux candidats de se présenter dans plus d’une circonscription. Or la loi électorale aurait renforcé le bipartisme, la prime majoritaire allant non pas à la coalition gagnante mais au parti arrivé en tête, ce qui inquiétait les alliés de Silvio Berlusconi et notamment la Ligue du Nord.
Le Premier ministre envisage un autre référendum, qui permettrait de réduire de moitié le nombre des parlementaires, plutôt que d’utiliser la voie parlementaire car « on ne demande pas aux dindes de devancer Noël »…
Mais suite aux résultats des élections du 7 juin qui ont vu un excellent résultat de la Ligue du Nord, Silvio Berlusconi pourrait faire machine arrière sur la réduction du nombre des parlementaires.

Référence électonique : "Pouvoirs n°131 - 1er avril - 30 juin 2009". Consulté le 26 mai 2020 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no131-1er-avril-30-juin,1808.html

Voir aussi dans cette rubrique