Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Inde

Pouvoirs n°131 - 1er avril - 30 juin 2009

16 avril-13 mai 2009. Élections législatives. 714 millions d’Indiens sont appelés à voter lors d’un scrutin selon le système uninominal majoritaire à un seul tour, pour la Lok Sabha (Assemblée nationale) se déroulant en cinq étapes (16, 23, 30 avril, 7 et 13 mai) pour désigner 543 députés.
Manmohan Singh est candidat à sa propre succession.
À la surprise générale, le Parti du Congrès (centre gauche, laïc) de Sonia Gandhi l’emporte largement. À lui seul, il obtient 206 sièges sur les 543 de l’Assemblée, son meilleur résultat depuis 1991. Avec ses alliés au sein de l’Alliance unie et progressiste, il ne lui faut que 10 députés pour atteindre la majorité de 272 sièges. Le Congrès renforce ainsi sa position notamment vis-à-vis de son principal allié, le Parti communiste indien (cpi-m), au sein de la coalition gouvernementale qu’il animait depuis 2004, date de son retour au pouvoir après une longue éclipse. L’Alliance nationale et démocrate animée par le Parti du peuple indien (bjp), droite, qui avait dirigé le pays de 1998 à 2004, n’obtient que 158 sièges, et les communistes au sein du Troisième Front qui avaient abandonné le Congrès en juillet 2008 connaissent un grave revers avec 67 élus.
L’United Progressive Alliance obtient 262 (+45) des 543 élus (incluant le Congrès national indien, 206, l’All India Trinamool Congress, 19, le Dravida Munnetra Kazhagam, 18, et le Nationalist Congress Party, 9). Elle devance le National Democratic Alliance avec 156 (-28) élus (incluant le Bharatiya Janata Party, 116, le Janata Dal [United], 20, Shiv Sena, 11, le Rashtriya Lok dal, 5, et le Shiromani Akali Dal, 4), le Third Front, 70 élus (régionaux et gauche, incluant le Bahujan Samaj Party, 21, le Communist Party of India [Marxist], 16, le Biju Banata Dal, 14, l’All India Anna Dravida Munnetra Kazhagam, 9, le Telugu Desam Party, 6, le Communist Party of India, 4) et le Fourth Front, 27 élus (partis régionaux dont Samajwadi Party, 23, Rashtriya Janata Dal, 4). 30 sièges vont à d’autres formations.
Dans l’Uttar Pradesh, le Parti Bahujan Samaj (bsp) de Mayawati Kumari, « intouchable », présidente du Bahujan Samaj Party (Parti de la Société Dalit), 53 ans, ancienne institutrice, défenseur de la cause dalit (intouchables), ancien Premier ministre de l’Uttar Pradesh, progresse mais ne réussit pas à essaimer hors de cet État.
Le 18 mai, le Premier ministre Manmohan Singh, 76 ans, au pouvoir depuis le 22 mai 2004, propose sa démission et est renommé le 20 mai. Le 22 mai, il entre en fonctions avec une partie de son cabinet. Le 23 mai, S.M. Krishna, 77 ans, devient ministre des Affaires étrangères, succédant à Pranab Mukherjee, 74 ans, qui passe aux Finances, tandis que les ministres de la Défense, A.K. Antony, 69 ans, et le ministre de l’Intérieur, Palaniappan Chidambaram, 64 ans, sont confirmés. Le Premier ministre ne confie pas moins de dix ministères sur 79 aux dalits.
Manmohan Singh, 76 ans, pourrait bientôt démissionner et laisser le pouvoir à Rahul Gandhi, 39 ans, fils de Rajiv Gandhi, petit-fils d’Indira Gandhi et arrière-petit-fils de Jawaharlal Nehru. Pourtant Rahul Gandhi n’entre pas dans le gouvernement, souhaitant réorganiser son parti.
C’est une intouchable, Meira Kumar, 64 ans, qui est élue à la présidence de la Lok Sabha. C’est un événement.

Référence électonique : "Pouvoirs n°131 - 1er avril - 30 juin 2009". Consulté le 9 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no131-1er-avril-30-juin,1806.html

Voir aussi dans cette rubrique