Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Etats-Unis

Pouvoirs n°130 - 1er janvier - 31 mars 2009

20 janvier 2009. Président. Barack Obama devient officiellement le 44e président des États-Unis.
L’équipe autour du président Barack Obama, 48 ans, et du vice-président Joe Biden, 66 ans, ancien sénateur, comprend Hillary Clinton, 61 ans, secrétaire d’État, épouse de l’ancien président Bill Clinton, candidate à l’investiture démocrate en 2008, sénatrice de New York depuis 2000 (confirmée le 21 janvier par 94 voix contre 2) ; Robert Gates, 65 ans, secrétaire à la Défense, ancien directeur de la cia, secrétaire sortant, pragmatique ; Eric Holder, 58 ans, Attorney General, afro-américain (confirmé le 2 février par 75 voix contre 21) ; Timothy Geithner, 48 ans, secrétaire au Trésor, ancien directeur de la Réserve fédérale de New York (confirmé le 26 janvier par 60 voix contre 34) ; Janet Napolitano, 51 ans, secrétaire à la Sécurité intérieure, gouverneure de l’Arizona depuis 2002 ; Steven Chu, 60 ans, secrétaire à l’Énergie (confirmé à 1 voix de majorité par le Sénat), de parents chinois, physicien et universitaire, prix Nobel de physique 1997, avocat des énergies renouvelables ; Tom Daschle, 61 ans, secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, ancien sénateur et leader de la majorité démocrate, qui devra renoncer pour des raisons fiscales le 3 février, et sera remplacé le 2 mars par la gouverneure du Kansas, Kathleen Sebelius, 61 ans ; Hilda Solis, 51 ans, secrétaire au Travail (confirmée le 24 février par 80 voix contre 17) ; Arne Duncan, 44 ans, secrétaire à l’Éducation ; Eric Shinseki, 66 ans, secrétaire aux Anciens combattants, natif d’Hawaï, de parents japonais, ancien chef d’état-major de l’armée ; Tom Vilsack, 58 ans, secrétaire à l’Agriculture ; Shaun Donovan, 42 ans, secrétaire au Logement et au Développement urbain (confirmée le 22 juin) ; Ray Hood, 63 ans secrétaire aux Transports.
Les principaux conseillers sont David Axelrod, 53 ans, premier conseiller, ancien journaliste puis consultant politique, directeur de la campagne de Barack Obama ; Emanuel Rahm, 49 ans, secrétaire général, né d’un père israélien, ancien représentant ; Robert Gibbs, 37 ans, porte-parole de la Maison- Blanche, ancien porte-parole de John Kerry en 2004, directeur de la communication de la campagne de Barack Obama ; James Jones, 65 ans, conseiller à la Sécurité nationale ; Melody Barnes, 44 ans, conseillère à la Politique intérieure ; John Holdren, 64 ans, directeur du bureau scientifique, conseiller à la Technologie ; Paul Volcker, 81 ans, conseiller pour la Reconstruction économique ; Lawrence Summers, 54 ans, directeur du Conseil économique natio- nal ; Susan Rice, 44 ans, ambassadeur aux Nations unies, ancienne sous-secrétaire d’État aux Affaires africaines, afro- américaine ; Lisa P. Jackson, 46 ans, administrateur de l’Agence de protection de l’environnement. Ajoutons l’amiral Dennis Blair, directeur du Renseignement ; Leon Panetta, 70 ans, directeur de la cia, ancien secrétaire général de la Maison-Blanche sous Bill Clinton ; Carol Browner, conseillère pour la Lutte contre le changement climatique et Ron Kirk, représentant américain au Commerce.
Le 4 janvier Bill Richardson s’était désisté de sa nomination comme secrétaire au Commerce. Otto J. Wolff assure l’intérim à partir du 20 janvier. Nancy Killefer renonce pour des raisons fiscales. C’est finalement un républicain très conservateur, Judd Gregg, sénateur du New Hampshire, qui est nommé. Paradoxe : en 1995, il avait voté pour la suppression du secrétariat au Commerce auquel il est nommé… Sa proposition aura été de courte durée, ce qui pouvait être prévisible. Judd Gregg renonce le 13 février en invoquant les « différences de points de vue ». Le 25 février, Barack Obama propose Gary Locke, 59 ans, d’origine chinoise, dont le père est né aux États-Unis mais dont la mère est née à Hong- kong.
Pressenti pour devenir président du Conseil national du renseignement, Charles Freeman Jr., diplomate chevronné, doit renoncer à sa candidature en raison de l’opposition des parlementaires de l’Aipac, lobby pro-israélien. Ancien ambassadeur en Arabie Saoudite, il critique régulièrement la politique israélienne.
L’audition de certains membres se fait difficilement comme pour Timothy Geithner, qui doit s’expliquer sur ses affaires fiscales. En revanche, l’audition d’Hillary Clinton est sans problème.
Dès le 21 janvier, Barack Obama annonce de nouvelles règles en matière de transparence et de contrôle des lobbys. Deux executive orders sont signés à cet égard. Le premier pose que seuls pourront être tenus pour confidentiels les documents qui auront été déclarés tels par le conseiller juridique du président ou l’Attorney General. C’est une rupture avec ce qui se passait depuis le 11 septembre 2001. Le second ordre gèle les salaires des collaborateurs de la Maison-Blanche et plafonne les salaires à 100 000 $.

9 janvier 2009. Cia. Alors que des pressions du milieu du renseignement s’exerçaient contre la nomination de Leon Panetta, 70 ans, à la tête de la cia en raison de son inexpérience, l’ancien secrétaire général de la Maison-Blanche de Bill Clinton, ancien représentant de Californie, est confirmé par Barack Obama le 9 janvier. C’est une volonté de rupture. Cependant il maintient en fonction le numéro 2 Stephen R. Kappes aux méthodes peu orthodoxes.
Il nomme John Brennan au poste de conseiller pour la lutte antiterroriste, qui n’a pas eu la direction de la cia en raison de son soutien aux méthodes controversées d’interrogatoires.
Le 9 janvier, la désignation de l’amiral Dennis Blair pour diriger les 16 agences du renseignement américain est annoncée.
Leon Panetta, auditionné le 5 février, veut mettre fin aux pratiques illégales. Il interdira le waterboarding.
On apprend en février que ce sont en fait 92 enregistrements vidéo d’interrogatoires antiterroristes qui ont été détruits par la cia.

9 et 30 janvier 2009. Illinois. Le successeur de Barack Obama au Sénat, Roland Burris, n’est pas autorisé à siéger le jour de la rentrée parlementaire. Il avait été désigné par le gouverneur de l’Illinois, Rod Blagojevich, accusé de corruption. Roland Burris a été expulsé du Sénat une demi-heure après son entrée. Barack Obama, tout en reconnaissant que Roland Burris était compétent, était hostile à sa désignation par le gouverneur.
Cela va affaiblir la majorité démocrate qui ne sera que de 57 et aura des difficultés pour atteindre la majorité de 60 nécessaire pour empêcher le filibustering (ou obstruction parlementaire).
La procédure de destitution contre Rod Blagojevich est lancée à la Chambre des représentants de cet État par 114 voix contre 1, le 9 janvier. Elle devra être confirmée par le Sénat. Il avait essayé de monnayer la nomination au poste de sénateur pour remplacer Barack Obama. Le Sénat le destitue à l’unanimité des 59 votants le 30 janvier. Le lieutenant-gouverneur Pat Quinn, 60 ans, démocrate, le remplace.

Référence électonique : "Pouvoirs n°130 - 1er janvier - 31 mars 2009". Consulté le 8 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no130-1er-janvier-31-mars,1780.html

Voir aussi dans cette rubrique