Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Espagne

Pouvoirs n°130 - 1er janvier - 31 mars 2009

29 décembre 2008. Nationalité. Le 29 décembre 2008 la loi sur la mémoire historique permet aux enfants et petits-enfants d’exilés de prendre la nationalité espagnole. La loi concerne les Espagnols qui se sont exilés entre le 18 juillet 1936 et le 31 décembre 1955. Sont aussi concernés les membres des Brigades internationales. La France a reçu près de 200 000 exilés et émigrés espagnols.
La loi a des effets assez inattendus à Cuba où 200 000 Cubains pourraient revendiquer la nationalité espagnole.

Mars 2009. Pays basque. L’hégémonie des partis nationalistes basques est mise en cause lors des élections régionales au Pays basque. Ils ne pourront former seuls un gouvernement. Le pnv, avec 30 sièges sur 75 et 38,56 % des voix, est stable et arrive en tête, mais la majorité absolue est de 38 sièges. Les deux petits partis membres de la majorité sortante, avec 3 élus − ea (nationalistes) et iu-eb (écolo-communistes) − ne peuvent aider à atteindre cette majorité.
Aralar, formation indépendantiste non violente, obtient un bon résultat passant de 1 à 4 élus.
Les socialistes progressent bien, passant de 18 à 24 sièges et leur leader, Patxi Lopez, peut envisager de devenir le lehendakari (chef du gouvernement) s’il a le soutien des partis non nationalistes – Parti populaire qui a eu 13 élus et udyp, droite antinationaliste, qui a eu 1 élu. En effet, le 31 mars, le Parti socialiste et le Parti populaire concluent un accord inédit devant permettre à Patxi Lopez d’être le premier lehendakari après 29 ans d’hégémonie du Parti nationaliste basque (pnv). L’accord prévoit d’accorder la présidence du Parlement au Parti populaire. Les deux partis veulent revenir sur certaines décisions récentes du gouvernement basque en garantissant la langue d’étude dans les écoles tout en obligeant à l’apprentissage de l’autre langue officielle. Il n’y aura plus de restriction dans l’accès à la fonction publique en raison de la langue.
En Galice, les socialistes subissent un échec et vont perdre le gouvernement qu’ils dirigeaient depuis 2005 avec le Bloc galicien. Le Parti populaire, avec 39 députés, revient en force dans l’un de ses bastions, obtenant la majorité absolue tandis que les socialistes n’ont que 24 élus et le bng 12.
Albert Nuñez Feijoo (Parti populaire) devient chef du gouvernement.

9 février 2009. Vote des étrangers. Les Argentins en situation légale en Espagne depuis plus de cinq ans pourront voter aux élections municipales conformément à un accord conclu le 9 février. Deux accords du même type ont été conclus avec la Colombie et le Pérou et un accord devrait être conclu le 25 février avec l’Équateur. L’Espagne a négocié des accords de réciprocité avec 15 pays. 82 800 Argentins pourraient en bénéficier.

4 mars 2009. Catalogne. La question linguistique resurgit en Catalogne. Un projet de loi présenté le 4 mars par le gouvernement socialiste autonome exige qu’à compter de 2011 la moitié au moins des films étrangers projetés en Catalogne soient doublés en catalan. En 2008, moins de 3 % des films ont été doublés ou sous-titrés en catalan.

Référence électonique : "Pouvoirs n°130 - 1er janvier - 31 mars 2009". Consulté le 8 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no130-1er-janvier-31-mars,1779.html

Voir aussi dans cette rubrique