Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Belgique

Pouvoirs n°129 - 1er octobre - 31 décembre 2008

18 décembre 2008. Crise financière. Dans une lettre aux députés, le président de la Cour de cassation, Ghislain Londers, accuse le 18 décembre le gouvernement d’Yves Leterme d’avoir « tout mis en œuvre » pour éviter que la justice remette en cause le démantèlement de la banque Fortis dont le rachat par BNP Paribas avait été annoncé le 6 octobre. La justice belge a gelé le 12 décembre l’opération de reprise de Fortis par BNP Paribas estimant que les actionnaires auraient dû être consultés. Des médias flamands ont évoqué des pressions exercées tant sur les juges de première instance que sur ceux de la cour d’appel. L’une des trois juges a d’abord déposé plainte et affirmé qu’elle était l’objet de pression de la part de ses deux collègues. Mais elle est maintenant visée par une enquête de la Cour de cassation. Son mari, membre du parti d’Yves Leterme, l’aurait informée en primeur de la décision.
Yves Leterme remet sa démission le 19 décembre au roi Albert II. Le Fortisgate aura eu raison du gouvernement… Le roi accepte la démission d’Yves Leterme, le 22 décembre.
Le pays se retrouve sans budget ni plan de relance économique.
Le 23 décembre, le roi fait appel à Wilfried Martens, démocrate-chrétien flamand, 72 ans, Premier ministre du 3 avril 1979 au 6 avril 1981 et du 17 décembre 1981 au 7 mars 1992, président depuis 1991 du Parti populaire européen. Il est nommé « explorateur royal », selon la terminologie nouvelle depuis la formation du cabinet Leterme.
Le 28 décembre, le roi demande à Herman Van Rompuy, 61 ans, président de la Chambre des représentants, de former un nouveau cabinet. Celui-ci prête serment le 30 décembre avec Guido De Padt comme ministre de l’Intérieur. Un seul autre changement a lieu avec l’arrivée de Stefaan De Clerck à la Justice.
Herman Van Rompuy, CD&V, parfait bilingue, habitant d’une commune flamande majoritairement francophone, catholique, membre de l’aile la plus « belgicaine » du CD&V, a accepté par devoir et notamment pour empêcher le retour du libéral Guy Verhofstadt. Il trouve un accord avec les cinq partis de la majorité (CD&V, chrétiens-démocrates flamands ; Open VLD, libéraux flamands ; Mouvement réformateur, libéraux francophones ; PS, socialistes francophones et Centre démocrate humaniste, chrétiens-démocrates francophones) le 30 décembre.
Le 2 janvier, les représentants approu- vent la nomination du nouveau Premier ministre par 88 voix contre 45.

Référence électonique : "Pouvoirs n°129 - 1er octobre - 31 décembre 2008". Consulté le 11 août 2020 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no129-1er-octobre-31,1750.html

Voir aussi dans cette rubrique