Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Mauritanie

Pouvoirs n°128 - 1er juillet - 30 septembre 2008

6 août 2008. Coup d’État. La démocratie n’aura guère duré en Mauritanie.
Le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah, élu démocratiquement en mars 2007 lors du premier scrutin transparent et pluraliste après le coup d’État militaire du 3 août 2005, est renversé par un autre coup d’État militaire. Le président est arrêté ainsi que le Premier ministre Yahia Ould Ahmed Waghf par la garde présidentielle. Un haut Conseil d’État est formé, dirigé par le général Mohamed Ould Abdel Aziz. Il était chef d’état-major particulier du président et commandant de la garde présidentielle et venait d’être démis de ses fonctions par un décret du même jour.
Cette crise survient après une période de tension marquée par la démission le 4 août de 25 députés et 23 sénateurs qui critiquaient la dérive autoritaire et l’affairisme du président. Déjà les parlementaires avaient obtenu la démission du gouvernement et la mise en place d’une nouvelle équipe. Fin juillet, une cinquantaine de parlementaires avaient demandé la tenue d’une session extraordinaire demandant la création d’une commission d’enquête sur la gestion du programme lancé en avril pour lutter contre la crise alimentaire.
Le 14 août, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf est nommé Premier ministre.
L’Union européenne suspend son aide financière et la France fait de même.
Le Premier ministre destitué est libéré le 11 août.
Le Conseil de sécurité condamne le coup d’État le 19 août.
Un gouvernement est mis en place le 1er septembre sous la direction du diplomate Moulaye Ould Mohamed Laghdaf.
C’est le quatrième coup d’État depuis l’indépendance. En 1978, Moktar Ould Daddah, père de l’indépendance, avait été renversé. En 1984, c’est le président Mohamed Khouna Ould Haidda qui l’avait été par le colonel Maaouiiya Ould Taya. Enfin le 3 août 2005, celui-ci avait à son tour été renversé par un groupe d’officiers dirigé par le colonel Ely Ould Mohamed Vall, qui avait entamé un processus démocratique conduisant aux premières élections libres remportées par Sidi Ould Cheikh Abdallahi en avril 2007.

Référence électonique : "Pouvoirs n°128 - 1er juillet - 30 septembre 2008". Consulté le 8 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no128-1er-juillet-30,1739.html