Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Allemagne

Pouvoirs n°128 - 1er juillet - 30 septembre 2008

7 septembre 2008. Spd. Le présidium du Spd se déroule de façon tendue à Potsdam, au bord du lac de Schwielosee. Le président du parti, Kurt Beck, suite à une intrigue, est contraint à la démission et remplacé provisoirement par le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, 52 ans. Celui-ci présidera le parti jusqu’à un congrès extraordinaire le 18 octobre qui devrait élire celui qui a présidé le parti jusqu’en 2004, Franz Müintefering. Cela permet aux « schröderiens » de revenir en force face à la gauche du parti. Le choix du chef de la diplomatie tient au fait qu’il est le favori des sondages pour le Spd. Il annonce qu’il sera candidat Spd à la chancellerie en 2009. Cependant Frank-Walter Steinmeier est contesté sur sa gauche pour son libéralisme, ce qui devrait lui valoir de fortes critiques de Die Linke.

28 septembre 2008. Landtag de Bavière. L’enjeu lors des élections au Landtag de Bavière est pour la Csu, alliée locale de la Cdu, le maintien de la majorité absolue des suffrages qu’elle détient depuis 1962…
La Csu connaît une défaite historique. Non seulement elle perd pas moins de 17,3 % mais elle tombe au-dessous de la majorité absolue qu’elle recueillait régulièrement depuis 1962. Elle n’a plus que 92 élus, contre 124 en 2003, des 187 sièges et devra chercher des alliés. Le résultat du Spd n’est pas plus brillant puisque avec 18,6 % il recule d’un point et n’a que 39 députés.
Les déçus de la Csu se sont tournés vers les libéraux du Fdp qui progressent de 7,4 % et ont 16 députés, et surtout vers les « Électeurs libres » de Gabrielle Pauli, dissidente de la Csu qui recueillent 10,2 % et 21 sièges. Avec 9,4 %, les Verts ont 19 élus et Die Linke, avec 4,3 %, ne peut franchir la barre fatidique des 5 % qui permet d’avoir des députés.
C’est la fin de la symbiose entre la Csu et la Bavière gouvernée sans partage par ce parti depuis 1962 grâce à sa majorité absolue au Landtag. Depuis 1957, tous les ministres-présidents ont été Csu. La Csu sera probablement contrainte de faire alliance avec les libéraux.
Au sein des chrétiens-démocrates certains remettent en cause la grande coalition.

Élections au Landtag de Bavière
Inscrits 9 296 724
Votants 5 402 569 (58,1%) (+1,0)
PARTIS VOIX  % SIEGES
CSU (Union chrétienne-sociale) 1 460 463 43,4 (-17,3) 92 (-32)
SPD (Sociaux-démocrates) 1 971 030 18,6 (-1) 39 (-2)
Verts 998 084 0,4 (+1,7) 19 (+4)
Electeurs libres (FW) 1 085 596 10,2 (+10,2) 21 (+21)
FDP (Libéraux) 846 067 8,0 (+5,4) 16 (+16)
Die Linke (La Gauche) 461 131 4,4 (+4,4)
Autres 641 263 6,0

Référence électonique : "Pouvoirs n°128 - 1er juillet - 30 septembre 2008". Consulté le 25 août 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no128-1er-juillet-30,1731.html

Voir aussi dans cette rubrique