Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Espagne

Pouvoirs n°127 - 1er avril - 30 juin 2008

11 avril 2008. Gouvernement. La formation du gouvernement Zapatero connaît des difficultés. Le 9 avril, il n’obtient pas l’investiture, les deux principaux partis nationalistes, ciu catalan et pnv basque s’abstenant. Il a obtenu 168 voix sur 350, 158 voix contre et 23 abstentions alors qu’il lui en aurait fallu 176. Il doit attendre le second tour, le 11 avril, où la majorité simple est exigée. Il est élu avec les seules voix du Parti socialiste ouvrier espagnol (169 contre 15 ; la plupart des partis nationalistes, en particulier basques et catalans, se sont abstenus).
Le 12 avril, il annonce son nouveau cabinet dans lequel Carmen Chacón Piqueras devient ministre de la Défense, les postes majeurs restant inchangés. La nouvelle ministre de la Défense, 37 ans, enceinte de quelques mois, catalane, écologiste pacifiste suscite des remous dans l’armée. Ses alliés écolo-communistes et indépendantistes catalans ayant été affaiblis par le scrutin, José Luis Rodríguez Zapatero cherchera à avoir ponctuellement des alliés. 5 nouveaux ministres font leur entrée, dont la ministre de l’Égalité, Bibiana Aído, la benjamine, âgée de 31 ans, plus jeune ministre jamais nommée en Espagne.
Le gouvernement comprend 9 femmes pour 8 hommes.

20-22 juin 2008. Parti populaire. Le parti populaire tient son XVIe congrès à Valence dans un climat difficile après la défaite aux élections législatives, malgré un bon résultat, et les dissensions entre leaders.
María Dolores de Cospedal, 42 ans, avocate, divorcée, mère célibataire par insémination artificielle, devient secrétaire générale du parti et ainsi son numéro deux. C’est un recentrage du parti et une volonté d’échapper à l’influence de l’Église. Mariano Rajoy conserve la présidence même s’il y a eu des contestations suite à l’échec aux élections législatives. Il y a eu 15,76 % de votes nuls, certains comme Esperanza Aguirre, présidente de la région de Madrid, n’appréciant pas le recentrage du parti.

27 juin 2008. Pays basque. Le Parlement basque vote sur le projet de consultation populaire sur l’autodétermination des Basques proposé par le président du gouvernement régional basque, Juan José Ibarretxe. Il est approuvé grâce à une voix « prêtée » du bout des lèvres par le groupe des 9 députés du parti communiste des terres basques. Ce projet est jugé inconstitutionnel par le Premier ministre et est déféré au Tribunal constitutionnel.
Deux questions seraient posées. La première serait relative à une nouvelle négociation avec l’eta. La seconde proposerait un futur référendum en 2010 sur « l’exercice du droit à décider du peuple basque ».

Référence électonique : "Pouvoirs n°127 - 1er avril - 30 juin 2008". Consulté le 8 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no127-1er-avril-30-juin,1715.html

Voir aussi dans cette rubrique