Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Roumanie

Pouvoirs n°125 - 1er octobre - 31 décembre 2007

25 novembre 2007. Élections européennes.
Référendum. 35 députés sont
à élire parmi les 551 candidats présentés
par 13 partis et 1 indépendant lors des
premières élections européennes en Roumanie.
Un référendum sur le vote uninominal
a lieu également.
La participation a été particulièrement
faible : 29,5 %. Cela défavorise les partis
populistes. L’opposition sort renforcée,
le Parti démocrate du président Trajan
Basescu arrivant en tête avec 28,8 % et
13 des 35 sièges et devançant les sociauxdémocrates,
héritiers du Parti communiste
avec 23,1 % et 10 élus. Le Parti
national libéral de gouvernement du Premier
ministre Calin Popescu-Tariceanu,
avec 13,4 % et 6 élus, rend fragile la position
du chef du gouvernement. Le petit
Parti libéral démocrate, issu d’une scission
du PNL, crée la surprise en devenant
la quatrième force du pays avec 7,8 % et
3 députés, moins d’un an après sa création
par l’ancien Premier ministre Theodor
Stolojan. 2 sièges vont à l’Union démocratique
des Hongrois de Roumanie
(5,5 %). Il y a 1 élu indépendant (3,4 %).
Le Parti de la Grande Roumanie,
nationaliste, de Vadim Tudor s’effondre
avec 4,2 % ne pouvant prétendre à une
représentation, tout comme le Parti de
la nouvelle génération (4,9 %).
Le même jour avait lieu un référendum
afin d’introduire le système
uninominal. Même si la victoire du
oui est écrasante avec 81,36 %, la trop
faible participation (26 %) empêche que
le résultat soit acquis.

30 décembre 2007. Monarchie. L’ex-roi
Michel de Roumanie, Michel Ier (Mihai),
86 ans, roi du 20 juillet 1927 au 28 juin 1930
et du 6 septembre 1940 au 30 décembre
1947, contraint à l’abdication par les communistes,
désigne sa fille aînée, Margareta,
58 ans, comme « successeur ». Cela
est contraire à la Constitution monarchique
de 1923 qui ne permettait pas
l’accession des femmes au trône.

Référence électonique : "Pouvoirs n°125 - 1er octobre - 31 décembre 2007". Consulté le 9 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no125-1er-octobre-31,515.html

Voir aussi dans cette rubrique