Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pologne

Pouvoirs n°125 - 1er octobre - 31 décembre 2007

21 octobre 2007. Élections législatives.
Les Polonais renouvelaient les
deux chambres avec 440 députés élus
à la représentation proportionnelle
avec un seuil de 5 % et 100 sénateurs
élus au scrutin uninominal majoritaire
à un tour.
Varsovie refuse la présence d’observateurs
de l’OSCE.
L’Église catholique appelle à une
participation massive aux élections, ne
manifestant aucune préférence pour un
parti précis mais demandant de soutenir
les candidats approuvant « les principes
moraux de l’Église », même si Radio
Marya fait campagne pour pis des frères
Kaczynski.
La Plate-forme civique (PO) de Donald
Tusk, 50 ans, centre droit libéral, qui
proposait de créer l’impôt unique dit
flat tax, kachoube (minorité slave),
arrive en tête avec 41,39 % (+17,25) et
209 (+76) élus, devançant Droit et Justice
des jumeaux Kaczynski, 45 ans,
grands perdants du scrutin, qui avec
32,16 % (+5,17) ont 166 (+14) députés.
Gauche et Démocratie mené par l’ancien
président Aleksander Kwasniewski,
53 ans, arrive loin derrière, le courant de
centre gauche n’a que 53 élus (-3) pour
13,20 % (-1,89). Le Parti paysan populaire
avec 8,93 % (+1,96) sera représenté
avec 31 (+4) députés. Le parti populiste
Autodéfense (Samoobrona) mené par
Andrzej Lepper, 53 ans, agriculteur,
ancien vice-Premier ministre, et la Ligue
des familles polonaises (extrême droite)
de Roman Gyertych, 36 ans, disparaissent
du Parlement, ayant obtenu respectivement
1,54 % (-9,87) perdant ses 57 députés et 1,3 % (-6,67) perdant ses
33 députés. Le Parti des femmes avec
0,26 % ne rencontre guère de succès.
Parmi les élus po figure Jarosław
Walesa, fils de Lech Walesa, qui soutient
aussi le gouvernement Tusk.
La participation a atteint un record
avec 53,79 % car le taux est traditionnellement
bas en Pologne.
Un accord est conclu entre la Plateforme
civique de Donald Tusk et le
Parti paysan de Waldemar Pawlak, pour
former un gouvernement. Il manquait
22 sièges au PO pour avoir la majorité
absolue. Le PSL a 3 portefeuilles sur 17,
dont l’Économie qui revient au leader
du parti, Waldemar Pawlak, nommé
vice-Premier ministre. Le PSL risque
de susciter quelques difficultés car il est
hostile à la flat tax prônée par le Premier
ministre.
Ministre de la Défense jusqu’en février
2007 dans le gouvernement Kaczynski,
Radoslaw Sikorski, 44 ans, devient
ministre des Affaires étrangères malgré
les réticences du président Kaczynski.
Il avait émigré au Royaume-Uni en
1981 et a été ensuite correspondant de
guerre. C’est un atlantiste convaincu.
La Défense revient à Bogdan Klich, les
Finances à Jacek Rostowski et l’Intérieur
à Grzegorz Schetyna.
Il n’y a que 5 femmes sur 17 ministres
(Santé, Éducation, Développement
régional, Travail et Enseignement supérieur).
On compte aussi 5 ministres
techniciens, dont la Justice avec le professeur
Zbigniew Cwiakalski.
Reste l’incertitude de la cohabitation
avec le président Kaczynski.
Le Premier ministre Jaroslaw Kaczynski
présente la démission de son
cabinet. Le 9 novembre Donald Tusk
est chargé de former le gouvernement
et prête serment le 16 novembre.
Le nouveau gouvernement cherche à
la fois l’apaisement avec l’Union européenne
et la Russie. Il lève son opposition
à la création d’une journée
européenne contre la peine de mort et à l’entrée de la Russie dans l’OCDE. Beaucoup
de contentieux n’en demeurent
pas moins avec Moscou. Cependant, le
7 décembre, les ministres des Affaires
étrangères des deux pays se rencontrent,
cherchant à normaliser leurs relations.
Les élections au Sénat ont donné
une écrasante majorité à la Plate-forme
civique qui a 60 sièges contre 39 à Droit
et Justice et 1 indépendant, l’ancien
Premier ministre social-démocrate
Wlodzimierz Cimoszewicz.

Référence électonique : "Pouvoirs n°125 - 1er octobre - 31 décembre 2007". Consulté le 8 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no125-1er-octobre-31,514.html

Voir aussi dans cette rubrique