Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Maroc

Pouvoirs n°124 - 1er juillet - 30 septembre 2007

7 septembre 2007. Élections législatives.
15,5 millions d’électeurs dont 48% de
femmes sont inscrits. 325 sièges sont à
pourvoir à la représentation proportionnelle,
dont 295 dans 95 circonscriptions
et 30 sur une liste nationale assurant une
représentation des femmes.
33 formations politiques sont en
compétition. Seuls l’Istiqlal et l’Union
socialiste des forces populaires sont
présents dans les 95 circonscriptions, le
Parti de la justice et du développement
l’étant dans 94.
C’est le Parti de la justice et du développement,
islamiste conservateur, qui
arrive en tête, tout en stagnant, avec
10,9% des suffrages et 46 sièges alors
qu’il espérait doubler le nombre de ses
parlementaires, mais contrairement à ce
qu’on pensait c’est le Parti de l’Indépendance
(Istiqlal), ancêtre des partis politiques
marocains, nationaliste, membre de
la coalition sortante, qui a le plus d’élus
(52) avec 10,7% des suffrages. Le Rassemblement
national des indépendants
obtient 9,7% des voix et 39 élus, le Mouvement
populaire, berbériste, remporte
41 sièges avec 9,3%, le Rassemblement
national des indépendants, libéral, gagne
38 sièges, l’Union socialiste des forces
populaires, parti dominant de la coalition
sortante, avec 8,9% des voix obtient
38 élus et perd donc plus d’un quart de
ses députés, l’Union constitutionnelle
avec 7,3% des voix occupe 27 sièges,
et le Parti du progrès et du socialisme a
38 élus avec 5,4%.
Cette élection marque surtout la vic toire
de personnalités locales bien implantées.
Mais elle se distingue également par un
taux d’abstention record, la participation
n’ayant été que de 37%, la plus
faible de toute l’histoire marocaine.
Les observateurs ont considéré que
les élections s’étaient déroulées dans « la
transparence ».
Le 19 septembre, le Premier ministre
Driss Jettou, 62 ans, technicien proche
du Roi à la tête du gouvernement
depuis le 2 octobre 2002, démissionne,
et Abbas El Fassi, secrétaire général de
l’Istiqlal, ancien ministre d’Hassan II et
de Mohammed VI, lui succède. C’est
une surprise car on attendait un Premier
ministre plus jeune.

Référence électonique : "Pouvoirs n°124 - 1er juillet - 30 septembre 2007". Consulté le 8 décembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no124-1er-juillet-30,480.html

Voir aussi dans cette rubrique