Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

2005

Pouvoirs n°115 - 1er mai - 30 juin 2005

12 mai. La victoire du « oui » au référendum
européen ne dispensera « pas
la France de s’engager dans la voie de
la modernité… L’Europe est la plus
formidable occasion de réveiller la
France », déclare M. Sarkozy, président
de l’UMP, au palais des Sports
de Paris.
16 mai. L’assemblée des évêques de
France estime que la loi de 1905 est
« l’expression d’un équilibre satisfaisant
des relations entre l’État et les
organisations religieuses ».
17 mai. Le tribunal correctionnel de
Nanterre (Hauts-de-Seine) condamne
M. Aïssa Dermouche, préfet du Jura,
à verser un euro à son ex-épouse pour
« abandon de famille ».
22 mai. M. Sarkozy renonce à participer
au journal télévisé de TF1.
25 mai. Au meeting de Nice, M. Sarkozy,
songeant à M. de Villepin, affirme :
« Ceux qui ont le droit de parler au
nom de la France, ce sont ceux qui ont
connu une fois dans leur vie le suffrage
universel et réussi à reconquérir
sa confiance. »
26 mai. Sur France 3, M. Sarkozy met un
terme aux rumeurs concernant son
couple : « Comme des millions de
familles, la mienne a connu des difficultés.
Ces difficultés nous sommes
en train de les surmonter. »
30 mai. M. Fabius, intervenant sur TF1,
met en cause la légitimité du président
de la République et se déclare
« disponible » pour préparer l’alternance.
31 mai. La nomination de MM. de Villepin
et Sarkozy au gouvernement
ou « l’opéra bouffe » selon M. Bayrou.
2 juin. Le cumul des fonctions gouvernementale
et partisane de M. Sarkozy
pose, selon M. Ayrault (S)
« un problème d’éthique républicaine ».
4 juin. M. Fabius est exclu de la direction
du PS.
6 juin. M. Sarkozy démet de ses fonctions
M. Dubois, conseiller auprès
du préfet de police de Paris, accusé
d’avoir nourri des rumeurs sur son
couple.
10 juin. Le TGI de Nanterre s’oppose au
mariage de transsexuels.
12 juin. Le président Chirac accueille, à
Villacoublay, Florence Aubenas au
terme de 157 jours de captivité en
Irak, partagée avec son guide, Hussein
Hanoun.
14 juin. Mme Mitterrand met en vente la
cave de l’ancien président.
M. de Robien, ministre de l’Éducation
nationale, est suspendu des instances
exécutives de l’UDF.
16 juin. Le Premier ministre renonce à
modifier les circonscriptions électorales
de l’Assemblée nationale ou le
bicamérisme inversé.
M. Dupont-Aignan, député UMP,
partisan du « non » au référendum
européen, met en cause le chef de
l’État qui « doit se soumettre ou se
démettre, comme Mac-Mahon après
le 16 mai 1877 ».
L’écrivaine algérienne Mme Assia
Djebar est élue à l’Académie française
au fauteuil du doyen Vedel.
19 juin. Les Verts ne prononcent pas de
sanction à l’égard de ceux qui ont
fait campagne pour le « non » au référendum
européen.
20 juin. Après la mort d’un enfant à
La Courneuve (Seine-Saint-Denis),
M. Sarkozy promet de « nettoyer au
Kärcher » la cité concernée.
21 juin. M. Breton, ministre de l’Économie
et des Finances, affirme que « la
France vit au-dessus de ses moyens »,
après avoir « accumulé des déficits
considérables depuis vingt-cinq ans ».
Il exhorte les Français à « travailler
davantage » pour financer leur « modèle
social ».
22 juin. Un rapport du Conseil économique
et social préconise l’élection
des conseillers communautaires, au
suffrage universel direct.
Le gouvernement condamne, par
la bouche de M. Mékachéra, le
projet de la municipalité de Marignane
(Bouches-du-Rhône) d’inaugurer
une stèle à la mémoire d’anciens
membres de l’OAS.
M. Sarkozy met en cause le magistrat
qui a fait bénéficier d’une libération
conditionnelle l’auteur présumé d’un
assassinat : « Le juge doit payer pour
sa faute. »
29 juin. M. Ayrault (S) estime sur Public-
Sénat que « nous sommes arrivés au
bout du système de la Ve République
qui s’est aggravé avec le quinquennat »… La logique des institutions…
aurait été que « le président se
démette. Il a préféré se soumettre. Il
s’est soumis à la loi de l’UMP et de
M. Sarkozy ».

Référence électonique : "Pouvoirs n°115 - 1er mai - 30 juin 2005". Consulté le 17 septembre 2019 sur le site de Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques. URL : https://revue-pouvoirs.fr/Pouvoirs-no115-1er-mai-30-juin.html

Voir aussi dans cette rubrique