Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Gilles FINCHELSTEIN

Post mortem. Raison et déraison du débat sur la déchéance de nationalité

Pouvoirs n°160 - janvier 2017 - La Nationalité - p.99-112

L’extension de la déchéance de nationalité aux binationaux condamnés pour crimes terroristes a enflammé le débat public. Proposée par le président de la République devant le Congrès, trois jours après les attentats du 13 novembre 2015, elle a été abandonnée le 30 mars 2016, devant l’impossibilité de faire aboutir la révision constitutionnelle. Au-delà de l’analyse des moments charnières de ce débat, des leçons peuvent en être utilement tirées sur l’autonomie du politique, les risques de l’urgence, la complexité de la formation de l’opinion et les dangers du débat sur la déchéance.

English

ajouter_au_panier

Référence électonique : Gilles FINCHELSTEIN, "Post mortem. Raison et déraison du débat sur la déchéance de nationalité", Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°160, 160 - La Nationalité, p.99-112. Consulté le 2017-08-17 05:55:00 . URL : http://revue-pouvoirs.fr/Post-mortem-Raison-et-deraison-du.html

auteurVoir tous les articles de FINCHELSTEIN Gilles