Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

La désobéissance comme principe de la démocratie

Cet article examine les justifications de la désobéissance civile à partir d’un principe moral, qui n’est pas la liberté abstraite mais la confiance en soi : elle encourage l’individu à refuser la loi commune et acceptée des autres, en se fondant sur sa propre conviction qu’elle est injuste et indigne. Loin de marquer un rejet ou une marge du politique, les actes de désobéissance en appellent à une extension des droits et des libertés qu’une démocratie devrait assurer à ses citoyens. On ne désobéit qu’en démocratie – quand on n’a plus dans la vie publique les conditions de la conversation où l’on pourrait raisonnablement exprimer son différend, quand on est dépossédé de sa voix. La désobéissance est alors un rappel du principe démocratie, qui est l’expression égale et inconditionnelle de chacun.

English

ajouter_au_panier

Référence électonique : Sandra LAUGIER, "La désobéissance comme principe de la démocratie", Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°155, 155 - Désobéir en démocratie, p.43-54 . Consulté le 2017-11-25 02:52:53 . URL : http://revue-pouvoirs.fr/La-desobeissance-comme-principe-de.html