Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Philippe ARDANT

La IVe République - Introduction

Pouvoirs n°76 - La IVe République - janvier 1996 - p.5

Il en est des régimes politiques comme de ceux qui les dirigent, certains
sont mal aimés et non pas tant pour leurs fautes, leurs erreurs et
leurs échecs, que pour n’avoir pas su répondre aux attentes diffuses
des citoyens, pour n’avoir pas défini de projets mobilisateurs ou,
peut-être plus simplement, pour avoir été incapables de faire comprendre
leur action. La IVe République est du nombre. Dès sa naissance,
alors que les régimes nouveaux soulèvent en général espoir et
enthousiasme, elle n’a suscité qu’une adhésion réticente et en quelque
sorte résignée : sa Constitution était présentée comme la moins mauvaise
possible et certains invitaient les Français à l’approuver pour pouvoir
ensuite la modifier. Mauvais départ dont la IVe République ne
s’est à aucun moment remise ; jamais vraiment adoptée, elle est morte
dans une quasi-indifférence, moins de douze ans après avoir vu le jour.
Pourtant, un demi-siècle plus tard, on ne peut s’empêcher
d’éprouver un sentiment d’injustice devant la sévérité dont elle est
l’objet. Reconstruction et modernisation d’une économie dévastée,
mise en place de la Sécurité sociale, invention de la TVA, amorce de
l’édification européenne, décolonisation d’abord contrainte puis courageusement
poursuivie : le bilan de la IVe République – pour s’en
tenir à ces seules réussites – n’est pas négligeable. Et ses traces sont inscrites
en profondeur dans la société française d’aujourd’hui et constituent
encore des axes majeurs de notre politique.
En effet, alors qu’entre 1946 et 1948 le pays assistait passif à la
recherche vaine de majorités assez cohérentes pour être durables,
dans le personnel politique quelques hommes d’envergure, et dans
l’Administration de grands commis, ont défini des politiques ambitieuses
et ont réussi à les imposer et à les mettre en oeuvre à travers
les péripéties de la vie politique.
Car en définitive si l’image de la IVe République est négative,
c’est, semble-t-il, moins aux institutions et aux hommes qu’elle le doit
qu’au souvenir du jugement de contemporains marqués par l’instabilité
gouvernementale et inconscients en même temps des défis nouveaux
rencontrés et souvent surmontés par le régime au lendemain
de la guerre. Peut-être la IVe République mérite-t-elle au moins
qu’on s’interroge sur sa réhabilitation ? PHILIPPE ARDANT

Telecharger_gratuitement

Telecharger_gratuitement

Référence électonique : Philippe ARDANT, "La IVe République - Introduction", Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°76, 76 - La IVe République, . Consulté le 2017-07-25 18:29:33 . URL : http://revue-pouvoirs.fr/La-IVe-Republique-Introduction.html

auteurVoir tous les articles de ARDANT Philippe