Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

David MELLONI

La Constitution marocaine de 2011 : une mutation des ordres politiques et juridiques marocains

Pouvoirs n°145 - Le Maroc - avril 2013 - p.5-15

Donnant à voir une définition inédite de la société politique marocaine, la nouvelle Constitution chérifienne annonce surtout une double mutation des ordres politique et juridique marocains. Par la première de ces mutations, elle procède à un profond rééquilibrage des pouvoirs, en posant les jalons d’un système primo-ministériel et d’une démocratie majoritaire dans lesquelles le souverain conserve une indéniable suprématie, à travers un parlementarisme dualiste réinventé. Par la seconde, qui traduit l’ambition de tendre vers l’État de droit, elle renforce la place de la loi dans l’arsenal normatif, et s’érige en réceptacle des droits et libertés, dont le respect sera doublement garanti – sous réserve de la prédominance accordée à l’islam – par l’instauration d’une exception d’inconstitutionnalité et la supériorité des normes internationales sur la législation interne. Ce faisant, le Maroc édifie un système juridique singulier, et consacre un modèle politique original, résolument porté vers l’idéal démocratique.

English

Telecharger_gratuitement

Telecharger_gratuitement

Référence électonique : David MELLONI, "La Constitution marocaine de 2011 : une mutation des ordres politiques et juridiques marocains", Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°145, 145 - Le Maroc, p.5-15. Consulté le 2017-07-26 00:48:16 . URL : http://revue-pouvoirs.fr/La-Constitution-marocaine-de-2011.html