Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn
Version imprimable de cet article Version imprimable

Béatrice MARRE

L’interférence de l’Europe

Pouvoirs n°99 - La nouvelle Ve République - novembre 2001 - p.135-150

La Constitution du 5 octobre 1958 ne faisait aucune mention de l’Europe,
pourtant née à Rome le 25 mars 1957. Pendant trente-cinq ans, la construction
européenne fut l’affaire des diplomates et des fonctionnaires, jusqu’au
jour où le déficit démocratique réveilla les Parlements (1979), et où le traité
de Maastricht de 1992 rendit incontournable son entrée dans la
Constitution.
L’Europe conforta en apparence les traits saillants de la Ve République : bicéphalisme
de l’exécutif, abaissement du Parlement, centralisme. Mais la réalité
est tout autre : le pouvoir est ailleurs en raison de l’extension continue
des transferts de compétence, puis de souveraineté, de l’émergence d’une
société européenne, et, plus récemment, de l’envahissement de la mondialisation.
On peut donc considérer que l’inscription institutionnelle de l’Europe dans
la Ve République, tardive et faible, ne rend aucun compte de sa place réelle
dans la nouvelle République : l’Europe est aujourd’hui l’avenir de la France
dans le monde.

English

Telecharger_gratuitement

Telecharger_gratuitement

Référence électonique : Béatrice MARRE, "L’interférence de l’Europe", Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°99, 99 - La nouvelle Ve République, p.135-150. Consulté le 2017-10-24 09:48:15 . URL : http://revue-pouvoirs.fr/L-interference-de-l-Europe.html