Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn

Venezuela

Pouvoirs n°125 - 1er octobre - 31 décembre 2007

2 décembre 2007. Référendum constitutionnel.
Le 15 août, le président Chavez
propose de supprimer la limitation
du nombre de mandats présidentiels,
d’instaurer une « économie socialiste »,
d’étendre les avantages de la sécurité
sociale aux travailleurs de l’économie
informelle et la censure de la presse dans
des circonstances exceptionnelles. La
réforme propose de modifier 33 articles
de la Constitution de 1999. La suppression
de l’autonomie de la Banque centrale,
la journée de travail de 6 heures et
la semaine de 36 heures sont proposées.
Le « pouvoir populaire » fondé sur les
« conseils communaux, ouvriers, étudiants
et paysans » serait inscrit à côté
des trois pouvoirs classiques.
Le Parlement approuve la réforme
constitutionnelle le 2 novembre par 161
voix contre 6 abstentions. Celle-ci veut
mettre en place le « Venezuela socialiste
et bolivarien ».
Le général Raul Baduel, ancien
ministre de la Défense du président
Chavez, qualifie la réforme de « coup
d’État » le 5 novembre.
Des manifestations ont lieu contre et
pour la réforme.
Le référendum a lieu le 2 décembre
2007.
La proposition comprenait 69 amendements
constitutionnels devant être
votés en deux « blocs » : bloc A constitué
par les 33 amendements originellement
proposés par le président Chavez ainsi
que 13 articles inclus par l’Assemblée
nationale, et bloc B constitué par 23
articles complémentaires proposés par
l’Assemblée nationale.
Finalement, c’est la surprise avec la
victoire de justesse du non avec 50,7 %.
Mais le président Chavez ne renonce pas
pour autant à son projet. Est-ce un geste
de conciliation après cet échec, le président
Chavez amnistie ceux qui avaient
participé à une tentative de putsch en
2002.