Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn

Algérie

Pouvoirs n°131 - 1er avril - 30 juin 2009

9 avril 2009. Élection présidentielle. Un troisième mandat était possible pour le président Bouteflika, suite à la révision constitutionnelle de 2008. 11 candidats étaient en lice. 6 sont retenus, mais Omar Bouacha, Mouvement El-Infitah, islamiste, est écarté.
L’ancien président Lamine Zéroual, 67 ans, exclut de se présenter tout en critiquant le troisième mandat de Bouteflika. Le parti de Saïd Sadi, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (rcd), ne participe pas à l’élection. Le Front des forces socialistes appelle aussi au boycott tout comme le Front islamique du Salut. La branche maghrébine d’Al-Qaïda appelle à ne pas réélire le président Bouteflika.
Le président Abdelaziz Bouteflika, 72 ans, de santé fragile, qui se présente en indépendant, est réélu facilement pour un troisième mandat de cinq ans, avec 90,24 % des suffrages. C’est le score le plus élevé pour l’élection d’un chef d’État algérien depuis la fin du régime du parti unique en février 1989.

Pouvoirs n°129 - 1er octobre - 31 décembre 2008

Novembre 2008. Mandat présidentiel. Le processus est classique. Les constitutions prévoyant une limitation du nombre des mandats présidentiels à deux sont révisées pour permettre des réélections multiples du chef de l’État plutôt que de recourir au tour de passe-passe à la russe. Après le Cameroun, l’Algérie révise l’article 74 de sa Constitution pour permettre au président Bouteflika, 71 ans, de briguer un troisième mandat. Plutôt que de recourir au référendum, le chef de l’État choisit d’aller vite et sans risque avec la voie parlementaire. Le projet est adopté le 12 novembre par le Parlement par 500 voix contre 21 (les élus du rcd) et 8 abstentions.
Le président Bouteflika est à la tête de l’État depuis le 27 avril 1999.
La révision constitutionnelle réorganise les prérogatives au sein de l’exécutif. La fonction de chef du gouvernement responsable devant l’Assemblée disparaît au profit d’un Premier ministre. Elle proclame la promotion des droits politiques de la femme.

Pouvoirs n°126 - 1er janvier - 31 mars 2008

28 janvier 2008. Mandat présidentiel.
L’Organisation nationale des Moudjahidine
regroupant les anciens combattants
de la guerre d’indépendance
appelle à la révision de la Constitution
pour permettre au président
Bouteflika de briguer un troisième
mandat en 2009. Pourtant, un groupe
de citoyens, dans un appel publié le
31 janvier dans le journal arabophone
El-Khabar Hebdo, dénonce le projet le
considérant comme une violation de la
Constitution.