Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelle et politiques

Index des auteurs

Tous les numéros de Pouvoirs
Cliquez dans la liste pour accéder à un numéro.
Archives intégralement gratuites au-delà de 3 ans

La newsletter

version_mobile_du_site
Version mobile
groupe_facebook
Groupe Facebook
flux_rss
Flux RSS
alter_éco
Numéros papiers
lienSeuil
lienCairn

2007

Pouvoirs n°124 - 1er juillet - 30 septembre 2007

5 juillet. Dans le cadre de l’affaire Clearstream,
une perquisition est opérée au
domicile privé de M. de Villepin. Une
seconde sera effectuée le lendemain
au bureau qu’il occupait, en qualité
de ministre des Affaires étrangères
au Quai d’Orsay.
9 juillet. De manière inédite, le chef
de l’État participe, à Bruxelles, à
la réunion Ecofin des ministres des
Finances de la zone euro.
« Les Français n’ont pas envie d’un
roi fainéant », déclare le porte-parole
du gouvernement, M. Wauquiez.
10 juillet. M. Sarkozy se rend, pour une
première visite hors du continent
européen, en Algérie et en Tunisie.
11 juillet. M. Lang quitte le bureau
national du PS.
17 juillet. M. Sarkozy suit, à bord de
la voiture du directeur du Tour de
France, l’étape entre Val-d’Isère et
Briançon, marquée par l’ascension
du Galibier.
24 juillet. Dans les colonnes du Monde,
M. Hollande critique « le coup d’éclat
permanent » du chef de l’État.
Le Premier président, Philippe Séguin,
renonce à présider la commission sur
la croissance.
26 juillet. M. Rocard révèle dans Paris
Match
qu’il a proposé à Mme Royal,
à la veille du blocage des parrainages,
de la remplacer.
27 juillet. Les juges Jean-Marie d’Huy
et Henri Pons mettent en examen
M. de Villepin dans l’affaire Clearstream,
pour complicité de dénonciation
calomnieuse, notamment. Soumis
au surplus à un contrôle judiciaire
strict, il ne peut plus rencontrer certaines
personnes, dont M. Chirac.
25 août. Mme Royal fait sa rentrée :
« Je suis une femme neuve… j’ai une
grande soif que les socialistes se réconcilient
 », déclare-t-elle au Monde.
27 août. Invité sur TF1, M. de Villepin
choisit ses juges, en déclinant la
compétence de la Cour de justice de
la République.
29 août. M. Rocard accepte de présider
un comité relatif à la revalorisation
du métier d’enseignant.
30 août. Pour la première fois, un
chef de l’État se rend à l’université
d’été du MEDEF à Jouy-en-Josas
(Yvelines).
31 août. À l’université d’été de La
Rochelle, Mme Royal souhaite refaire
du PS « un lieu d’attraction ».
3 septembre. Sous l’égide du chef de
l’État, la fusion entre GDF et Suez
est annoncée.
11 septembre. M. Frêche est condamné
par la cour d’appel de Montpellier
pour des propos concernant la police
et l’incendie de voitures.
En revanche, il est relaxé deux jours
plus tard par ladite cour pour ses
propos relatifs aux harkis.
15 septembre. À la Fête de L’Humanité,
la gauche se retrouve. Marie-George
Buffet, François Hollande, Cécile
Dufl ot et Olivier Besancenot annoncent
la réunion d’un « comité de
riposte » à la politique de la droite.
16 septembre. Pour la première fois, à
l’occasion de la journée du Patrimoine,
le bureau du chef de l’État est
accessible aux visiteurs. De la même
manière, des photos relatives à la vie
de la présidence sont exposées sur les
grilles du palais de l’Élysée.
21 septembre. La cour d’appel de Paris
confi rme la mise en examen de
M. de Villepin. Celui-ci adresse une
lettre au chef de l’État pour l’inciter « à
éviter toute confusion entre ses prérogatives
présidentielles et son statut de
partie civile » dans cette affaire.
23 septembre. Sur RTL, M. Jospin dit
avoir voulu dans L’Impasse, son livre
à charge contre Mme Royal, « essayer
de comprendre pourquoi la victoire
promise à la fin 2006 s’était transformée
en une défaite inéluctable ».
Il dénonce, au reste, « l’aplatissement
de la pyramide institutionnelle ».
26 septembre. MM. Hollande et Bayrou
se rencontrent à propos de la réforme
des institutions.
M. Bockel annonce la création d’un
parti politique, « La Gauche moderne », celui des « sarkozystes de
gauche ».
27 septembre. M. Borloo se rend à la
journée parlementaire des Verts à
Nantes, en l’absence de Mme Duflot,
la secrétaire nationale.
28 septembre. Aux journées parlementaires
de l’ump à Strasbourg,
M. de Josselin, président du groupe
sénatorial, conteste le projet de
modernisation des institutions : « Le
concours Lépine permanent ».
À l’annonce de l’élection de M. Strauss-
Kahn à la tête du FMI, M. Sarkozy
s’exclame : « C’est ça l’ouverture ! »
Le journal Le Monde révèle que
M. Copé, député-maire, président
du groupe UMP, ancien ministre du
Budget, avocat, entre dans un cabinet
d’affaires.
30 septembre. Sur RTL, M. Raffarin plaide
pour une « pédagogie de l’ouverture »,
« une ouverture maîtrisée ».

Pouvoirs n°125 - 1er octobre - 31 décembre 2007

6 octobre. L’UMP exprime des réserves à
propos de la représentation proportionnelle.
9 octobre. Sur France Info, M. Charasse
se déclare prêt à siéger au Conseil
constitutionnel en remplacement de
M. Joxe, en 2010 : « C ’est une fonction
qui m’intéresse. »
Le premier petit déjeuner de la majorité
se tient au palais de l’Élysée.
10 octobre. Fait rarissime, la Cité de
l’histoire de l’immigration ouvre ses
portes à Paris sans avoir été inaugurée.
12 octobre. Le parquet de Nanterre
classe sans suite l’enquête sur l’appartement
de M. Sarkozy à Neuilly-sur-
Seine (Hauts-de-Seine).
22 octobre. Conformément à la décision
de M. S arkozy, lors de l’inauguration
de son mandat, il est donné lecture
de la lettre de Guy Môquet dans les
écoles et lycées.
24 octobre. Ouverture du « Grenelle de
l’environnement ».
28 octobre. Le président de la République
interrompt brusquement un
entretien avec la chaîne CBS, à propos
d’une question d’ordre privé.
30 octobre. À l’occasion de la réunion
du conseil des ministres à Ajaccio
(Corse-du-Sud), M. Talamoni déclare :
« Le gouvernement français se comporte
comme la junte birmane. »
5 novembre. Célébration du bicentenaire
de la Cour des comptes en présence
du chef de l’État.
7 novembre. « La France est l’amie
de l’Amérique… L’Amérique peut
compter sur la France », affirme
M. Sarkozy dans un discours au
Congrès des États-Unis.
13 novembre. Le président de la République
se rend au Parlement européen
de Strasbourg.
18 novembre. M. Le Pen est réélu à la
tête du Front national par les militants.
M. Borloo devient président
du Parti radical.
19 novembre. M. Darcos se prononce
pour un service minimum d’accueil
à l’éducation nationale.
20 novembre. M. Sarkozy sort du silence
à propos du conflit social consécutif
à la réforme des régimes spéciaux en
matière de retraite : « Il faut savoir
terminer une grève. »
21 novembre. À l’occasion d’un mouvement
judiciaire, cinq femmes sont
nommées, fait unique, sur dix postes
concernés, procureures générales
auprès de cours d’appel.
Le président Sarkozy reçoit les dirigeants
du Nouveau Centre.
24 novembre. Le PS organise à Avignon
(Vaucluse) son premier forum de la
rénovation consacré à la nation.
25 novembre. Émeutes urbaines à
Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), qui
s’étendent le lendemain à d’autres
communes de ce département.
28 novembre. Mme Royal révèle qu’elle
avait proposé à M. Bayrou le poste de
Premier ministre.
30 novembre-1er décembre. Congrès
fondateur du MoDem à Villepinte
(Seine-Saint-Denis), qui emporte la
dissolution de l’UDF créée en 1978
par le président Giscard d’Estaing.
M. Bayrou, élu à la tête du parti,
rentre en « résistance ».
4 décembre. Mme Royal publie chez
Grasset : Ma plus belle histoire, c’est
vous.
5 décembre. L’ancien président Jacques
Chirac est entendu, pour la deuxième
fois, par un juge d’instruction à
propos des chargés de mission de la
Ville de Paris.
6 décembre. M. Sarkozy s’adresse
directement au chef des farc, à la
télévision, en vue de la libération de
Mme Ingrid Betancourt.
10 décembre. À l’occasion de sa visite
en France, le colonel Khadafi plante
sa tente de bédouin dans le jardin de
l’hôtel de Marigny.
11 décembre. Réunion du comité de
liaison de la gauche : « La politique de
Nicolas Sarkozy, c’est gagner moins
pour payer plus. »
13 décembre. Signature à Lisbonne
du traité simplifié sur l’Union européenne
qui remplace celui, caduc,
établissant une Constitution pour
l’Europe, de 2004.
Sur Europe 1, M. Guéant annonce la
création de « ministres de mission »
pour une durée limitée.
20 décembre. M. Bolufer, directeur de
cabinet de Mme Boutin, démissionne,
à la demande du Premier ministre,
après les révélations du Canard
enchaîné relatives à l’attribution d’un
appartement à loyer modéré par la
Ville de Paris.
26 décembre. Mme Royal dénonce, à
l’occasion du séjour en Égypte du
chef de l’État et de Mme Carla Bruni,
« son comportement ostentatoire…
qui met en cause l’indépendance et
la dignité de la fonction présidentielle
 ».
30 décembre. Dans Le Journal du
dimanche, M. Hollande estime, à
propos du chef de l’État : « Ce n’est pas
simplement la fonction présidentielle
qui est en cause, c’est une conception
même de la politique. Le sarkozysme,
c’est d’abord un narcissisme. »

Pouvoirs n°123 - 11 mai - 30 juin 2007

11 mai. Tentative de perquisition au
Canard enchaîné à propos de l’affaire
Clearstream.
14 mai. M. Devedjian déclare au Conseil
national de l’UMP : « Je suis pour aller
très loin dans l’ouverture […] y
compris jusqu’aux sarkozystes […]
La fidélité n’est pas nécessairement le
contraire de la compétence. »
15 mai. M. Juppé est entendu par la
justice à propos des emplois fictifs du
RPR.
17 mai. Le nouveau président de la
République et le nouveau Premier
ministre effectuent ensemble leur
jogging dans le bois de Boulogne à
Paris.
23 mai. « Un ancien président de la
République a des devoirs », estime
M. Pasqua à RTL, à propos de l’hébergement
de M. Chirac chez un ami
libanais ; « ce n’est pas convenable ».
François Hollande ne sera pas candidat
à sa propre succession à la tête du PS.
30 mai. Nicolas Sarkozy « a gagné contre
Villepin, contre Chirac […] en étant
meilleur qu’eux », juge François Fillon
dans une réunion électorale dans la
Sarthe.
31 mai. M. Devedjian (UMP) est élu
président du Conseil général des
Hauts-de-Seine, en remplacement de
M. Sarkozy.
6 juin. M. Sarkozy, accompagné de sa
conjointe, se rend au G8 à Heiligendamm
(Allemagne).
Le Canard Enchaîné met en cause le
président du Sénat, M. Poncelet, à
propos d’un trafic d’influence.
7 juin. Mme Royal annonce qu’elle
déposera une motion lors du prochain
congrès du PS, tandis que M. Hollande
déclare qu’il demeurera à son poste
jusqu’à ce moment.
10 juin. À la soirée électorale sur TF1, en
réponse à M. Fabius, M. Borloo commet
une bévue à propos de la TVA
sociale.
11 juin. Invitée du journal télévisé de
France 2, Mme Royal met en cause
l’objectivité de la chaîne.
17 juin. Au cours de la soirée électorale, Mme Royal annonce sa séparation
avec M. Hollande et sa candidature à
la tête du PS.
20 juin. M. Le Pen est reçu par le président
Sarkozy dans le cadre des
consultations sur le projet européen de
traité simplifié. Sa dernière invitation
remontait à 1969, à l’époque de l’intérim
d’Alain Poher.
25 juin. L’UMP se dote d’une présidence
collégiale confiée à MM. Devedjian et
Raffarin.
28 juin. M. Devedjian présente ses
excuses, tant privées que publiques,
à Mme Camparini (MoDem) pour
l’avoir injuriée. La garde des Sceaux et
le président de la République condamnent
ce comportement.
M. Fabius dénonce « le triple déficit »
de la candidate Royal dans les
colonnes du Monde.
Les députés alsaciens UMP, dépités par
l’entrée de M. Bockel au gouvernement,
sont reçus à l’Élysée.

Pouvoirs n°122 - 1er janvier - 10 mai 2007

6 janvier. Sur la Grande Muraille de
Chine, Mme Royal forge le terme
« bravitude ».
9 janvier. M. Bayrou dénonce « un choix
préfabriqué » à propos de l’élection
présidentielle par « les grandes puissances
médiatiques ».
14 janvier. M. Sarkozy est désigné
comme le candidat, soutenu par
l’UMP, à l’élection présidentielle,
par 98 % des militants : « Je veux
une démocratie irréprochable », proclame-
t-il.
18 janvier. Le chef de l’État préside au
Panthéon la cérémonie des Justes, en
présence de Mme Veil.
Le tribunal correctionnel de Lyon
condamne M. Gollnisch (député
européen) à trois mois de prison avec
sursis et une amende pour « contestation
de l’existence de crime contre
l’humanité ».
19 janvier. « Ségolène Royal n’a qu’un
seul défaut, c’est son compagnon ! »
Pour ce propos facétieux, sur Canal +,
la veille, Mme Royal suspend pour
un mois M. Montebourg, son porteparole,
de ses fonctions : « Quand le
moment vient, je rétablis l’ordre juste.
J’ai mis un carton jaune. »
22 janvier. M. Hulot renonce à la candidature
à l’élection présidentielle.
25 janvier. M. Frêche est condamné par
le tribunal correctionnel de Montpellier
concernant ses propos sur les
harkis. Il sera exclu du PS, le surlendemain.
28 janvier. À l’occasion de son déplacement
en Guadeloupe, Mme Royal
se prononce pour la « préférence
régionale », notamment en matière
de concours de la fonction publique.
30 janvier. M. Sarkozy se rend à Londres.
Il organise, de manière inédite dans
une campagne électorale, une réunion
avec des Français de l’étranger.
31 janvier. Dix candidats à l’élection
présidentielle signent la charte de
l’écologie de M. Hulot.
Selon un sondage réalisé auprès des plus d’un Noir sur deux se dit « discriminé
 » en France.
1er février. M. José Bové se déclare
candidat à l’élection présidentielle
et décrète « une insurrection contre le
libéralisme ».
5 février. M. Chirac se prononce en
faveur d’une ONU pour l’environnement,
après avoir appelé à « une
révolution écologique ».
En visite à Alger, M. Lang juge que la
France devrait reconnaître les « crimes
commis par la colonisation ».
7 février. La Cour de cassation rejette
le pourvoi formé par M. José Bové.
Sa condamnation devient définitive.
11 février. Mme Royal présente à
Villepinte (Seine-Saint-Denis), son
« pacte présidentiel : 100 propositions
pour que la France retrouve une
ambition partagée ». M. Sarkozy lui
oppose son « pacte républicain », à
Paris : « Ensemble, tout devient possible
 ».
Sur France 2, Mme Chirac participe
à l’émission Vivement Dimanche
de M. Michel Drucker. « Il y a sans
aucun doute une vie après la politique,
jusqu’à la mort », déclare le
chef de l’État dans un entretien enregistré
à cette occasion.
15 février. M. Alain Duhamel suspend ses
activités sur RTL et France 2, après
qu’il eut annoncé dans une réunion
privée, son choix en faveur de M. Bayrou.
« Je crois que je serai élu », déclare
celui-ci sur France 2.
20 février. M. Jean-Paul Huchon, président
du conseil régional d’Île-de-
France est condamné à un an d’inéligibilité,
six mois d’emprisonnement
avec sursis et une amende pour prises
illégales d’intérêts.
22 février. Une nouvelle équipe comprenant
les « éléphants » entoure
Mme Royal.
26 février. M. Bayrou présente sur TF1
« l’autre chemin » en vue de « sortir
la France de l’impasse ».
1er mars. Sur France Culture, M. Barre
prend la défense de MM. Papon
et Gollnisch et fustige le « lobby
juif ».
8 mars. Mme Veil entre au comité de soutien
de M. Sarkozy, quelques jours
après la fin de son mandat au Conseil
constitutionnel.
Sur France 2, M. Sarkozy se prononce
sur la création d’un ministère
de « l’Immigration et de l’Identité
française ».
11 mars. Dans un sondage publié par
Le Journal du dimanche, Mme Royal
et M. Bayrou sont crédités chacun de
23 % des votes d’intention, derrière
M. Sarkozy.
12 mars. Sur Europe 1, M. de Villepin se
rallie à la candidature de M. Sarkozy,
après que le chef de l’État eut
annoncé la veille à la télévision qu’il
ne briguerait pas un troisième mandat.
MM. Baroin, Cuq et Jacob l’imitent.
13 mars. M. Fabius reproche à M. Strauss-
Kahn de préparer une alliance PS-UDF.
16 mars. Mme Veil se déclare « réservée »
sur l’idée lancée par M. Sarkozy
d’un ministère de l’Immigration.
19 mars. M. Sarkozy dénonce sur
France 2, « cette maladie française
qui consiste à vouloir changer la
Constitution tous les cinq matins ».
21 mars. « C’est donc tout naturellement,
déclare M. Chirac à la télévision,
que je lui apporterai mon vote
et mon soutien » à propos de la candidature
de M. Sarkozy à l’élection
présidentielle.
23 mars. Mme Royal adopte le slogan « la
France présidente ».
27 mars. La cour administrative d’appel
de Bordeaux annule, pour incompétence,
le jugement du TA de Toulouse
du 6 juin 2006 qui avait
condamné la SNCF pour avoir transporté,
sous l’Occupation, des juifs.
5 avril. M. Tapie est exclu du MRG à
la suite de sa décision de soutenir la
candidature de M. Sarkozy.
13 avril. M. Hortefeux, dans un entretien
au Figaro, déclare vouloir « oxygéner
la démocratie » en instillant une
dose de représentation proportionnelle
en vue des élections législatives.
14 avril. « Royal-Bayrou, l’alliance
nécessaire » avant le premier tour,
plaide M. Rocard dans les colonnes du
Monde. « C’est tellement baroque »,
opinera Mme Royal le lendemain.
24 avril. Mme Royal, dans un discours
à Valence, fait une offre de dialogue
à M. Bayrou au lendemain du premier
tour de l’élection présidentielle.
25 avril. Mme Royal et M. Bayrou tiennent
une conférence à Paris. À cette
occasion, celui-ci annonce la création
d’un parti démocrate.
2 mai. Sur France 2 et TF1, Mme Royal
et M. Sarkozy débattent.
4 mai. Mme Royal déclare à RTL « avoir
la responsabilité de lancer une alerte
par rapport aux risques de la candidature
 » de M. Sarkozy, « […] aux
violences et aux brutalités qui se
déclencheront dans le pays ».
6, 7 et 8 mai. Pour la première fois
après l’annonce du résultat d’une
élection présidentielle, des violences
éclatent à Paris et dans des villes de
province.
10 mai. M. Bayrou crée « le Mouvement
démocrate », « libre et résistant ».
La veille, 22 députés UDF, dont
M. Morin, président du groupe,
publiaient un appel « pour un centre
libre dans la majorité présidentielle »
dans les colonnes du Figaro.